Sélectionner une page

« Quelle trace veux-tu laisser ? » c’est le nom du projet de rénovation de la salle de l’aumônerie du Cycle d’Orientation de Jolimont pour la transformer en un lieu agréable, avec une identité propre afin qu’elle puisse favoriser les rencontres avec les élèves et, si possible, la création d’une équipe d’aumônerie.

Contexte de l’école

Le Cycle d’orientation de Jolimont est une des trois écoles du cycle 3 de la ville de Fribourg. Le CO de Jolimont construit en 1972 pour 500 élèves compte aujourd’hui plus de 790 élèves, encadrés par un personnel enseignant et administratif de près de 120 personnes. Le complexe scolaire de Jolimont est encore composé d’un ancien édifice occupé par le Cycle d’orientation de langue allemande (DOSF) jusqu’à la rentrée scolaire 2016 et d’un bâtiment au quartier du Jura qui accueille surtout les élèves de 9H. Cette situation est une réalité qui va changer avec la rénovation de l’ancien bâtiment de la DOSF prévu pour la rentrée 2020-21, moment où tous les élèves seront réunis sur le même toit.

Dans le bâtiment principal, dans les abris qui se trouvent au sous-sol, une ancienne salle de percussions a été octroyé à l’aumônerie pour la réalisation de ses rencontres et activités. Étant un abri, la salle n’as pas de fenêtres, donc elle n’a pas de lumière naturelle ni de chauffage, ce que constitue un problème, surtout pendant les mois d’hiver. Toutes les conditions réunis font que la salle, dans l’état actuel, n’est pas adapté aux besoins des élèves ni de toutes personnes qui participe aux activités de l’aumônerie.

L’aumônerie CO3

L’aumônier en cycle d’orientation est mandaté par l’Église catholique via une lettre de mission du vicaire épiscopal francophone du canton de Fribourg et engagé au sein du service de pastorale jeunesse du canton de Fribourg pour œuvrer dans un établissement scolaire de l’État. L’aumônerie est la seconde présence de l’Église catholique au sein de l’école, après les enseignants de religion. Les aumôniers proposent de découvrir la foi à travers la vie par des célébrations, des temps de prière, des rencontres avec des témoins, des films, des décorations selon les temps liturgiques (calendrier de l’avent, crèche), des camps (au Grand-Saint-Bernard, à Taizé), des excursions, ou simplement avec une présence…

Chaque aumônerie a sa couleur propre en fonction de la grandeur du CO (nombre d’élèves), de sa situation géographique (CO de ville ou de campagne), de ses horaires (repas de midi pris à l’école, possibilité ou non de rester après l’école suivant les horaires des transports publics), des liens avec les unités pastorales (lorsqu’un CO regroupe les élèves d’une même unité pastorale, les relations sont plus faciles), des collaborations avec les responsables des parcours confirmation au sein des unités pastorales et enfin du charisme des aumôniers.

L’aumônerie étant une présence gratuite de l’église catholique elle ne s’adresse pas seulement aux élèves catholiques, mais à toute personne en quête de sens et d’une spiritualité au sens large, pour apporter un soutien spirituel et humaine ainsi qu’un témoignage chrétien aux élèves, à leurs parents et au corps professoral.

Le rôle de l’aumônier en cycle d’orientation c’est de créer un lieu communautaire d’apprentissage dans lequel l’adolescent peut expérimenter librement et en toute sécurité sa relation au Christ et la pertinence de la tradition chrétienne au cœur de sa vie quotidienne. Il a quatre tâches principales : la présence (participant à la vie de l’école, se faire proche des élèves, entre autres) ; l’accompagnement (permettant à l’ensemble du personnel d’échanger et de réfléchir lors des situations difficiles ainsi que soutenir tous les intervenants dans l’école en cas de maladie, d’accident, voire de deuil) ; l’animation (avec la création d’un programme annuel d’activités dans l’école et en dehors) et la collaboration (avec une équipe d’aumônerie, les enseignants de l’Enseignement Religieux, mais une collaboration aussi dans toutes les activités de l’école).

Depuis la rentrée scolaire 2017-18 que les trois Cycles d’orientation de la ville de Fribourg partagent la même équipe d’aumônerie, correspondant à un poste de 100% divisé au prorata des élèves de chaque CO, à savoir 25% pour le CO de Pérolles, 35% pour le CO du Belluard et 40% pour le CO de Jolimont.

Actuellement dans l’équipe de l’aumônerie CO3 il y a deux agents pastoraux laïcs, M. João Alves- Carita à 60% et M. Keli Kpego à 40%.

L’aumônerie CO3 au CO de Jolimont

Dans le cas du CO de Jolimont les 840 élèves de l’année 2018-2019 viennent surtout des communes campagnardes en périphérie de la ville de Fribourg (Belfaux, Grolley et Courtepin) et le CO de Jolimont n’a pas une cafeteria ou un lieu pour permettre aux élèves de rester à midi et ainsi favoriser l’activité de l’aumônerie et les trois micro-ondes à l’entrée de l’école sont franchement insuffisantes pour les besoins des élèves, donc ils se trouvent rapidement en centre- ville pour avoir où manger. Après l’école les élèves ne restent pas pour autant parce que les horaires des bus et du train dictent leur organisation journalière.

En conséquence, aujourd’hui le contact avec les élèves se fait surtout dans les cours d’Enseignement religieux, où les enseignants transmettent les informations de l’aumônerie en classe ; et pendant les temps forts, notamment la période de l’Avent avec des activités réalisées en chaque classe de religion ; et pendant les parcours de confirmation, où les élèves sont informées du programme de l’aumônerie.

Comme la religion n’est pas au top de priorités des adolescents et surtout qu’ils ont déjà des cours d’enseignement religieux la participation des élèves aux activités de l’aumônerie reste faible et ponctuel, avec l’exception de quelques actions de solidarité.

Besoins

Il y a deux types de besoins qui ont été dans la genèse du projet « Quelle trace veux-tu laisser ? ». Le premier ce sont les besoins des élèves du CO. Si au premier regard nous pouvons penser que les adolescents ne s’intéressent plus aux affaires de la religion, avec une immersion dans leur quotidien nous pouvons constater qu’ils sont à la recherche d’une spiritualité, à la recherche de sens et, le plus important, à la recherche d’une appartenance.

Le deuxième ce sont les besoins de l’aumônerie CO3 au CO de Jolimont pour répondre aux demandes des élèves. Tout d’abord l’aumônerie a besoin d’un lieu aménagé de manière à pouvoir réaliser ses activités et qui puisse permettre aux élèves de passer du temps (à midi ou après l’école), mais aussi d’avoir un groupe stable d’élèves qui fassent vivre l’aumônerie.

Objectif

Il y a deux objectifs dans ce projet : un objectif explicite qui est celui de répondre au besoin d’un lieu aménagé pour l’aumônerie ; et un objectif implicite qui est la création d’un groupe d’aumônerie pour permettre aux élèves de vivre quelque chose en lien avec leur foi.
L’objectif explicite c’est de rénover la salle de l’aumônerie avec les élèves du CO de Jolimont. Pour cela il y a un groupe de 6 élèves de 11H qui sera l’équipe de projet. Ils seront les responsables des différents groupes de travail et ont été choisis par le chef de projet. Ces élèves se rencontre avec le chef de projet toutes les semaines pour discuter l’avancement des travaux et planifier la suite, ils devront aussi appeler d’autres pour collaborer avec eux à la réalisation du projet.

Cet objectif a commencé au mois d’octobre 2018 avec la demande d’autorisation à la direction du CO et ensuite l’appel des 6 élèves, et il terminera avec la rénovation totale de la salle, au plus tard le 12 avril 2019 (avant les vacances de Pâques).
Le plus grand défi c’est de trouver du financement pour la réalisation des travaux, soit en fonds, soit en sponsoring de matériaux, soit en main d’œuvre. L’autre part de défi c’est de maintenir la motivation des élèves toute au long du projet, surtout s’il y a des problèmes de financement ou de non-acceptation de quelque chose de la part de la direction du CO au fil des travaux. Mais pour tous ces défis nous avons aussi des ressources à disposition, entre elles le budget de l’aumônerie, avec un ‘transitoire’ du budget de l’année 2018 qui passera pour l’année 2019 pour permettre à l’avancement des travaux ; le soutien et l’engagement des enseignants d’arts visuelles et activités manuelles, le soutien de l’équipe d’entretien de l’école et le soutien de l’équipe de direction, ainsi que la plus grande ressource : la volonté des élèves d’en faire partie de tel projet.

L’objectif implicite de créer un groupe d’aumônerie sera réalisable à travers les moments vécus pendant ce projet, qui vont permettre aux élèves de vivre des moments ensemble, quelque chose qui leur donne envie de continuer à faire corps et ainsi constituer l’équipe d’aumônerie. Cet objectif sera toujours présent pendant la période des travaux et peut aller jusqu’à la fin de l’année scolaire (début Juillet 2019) et il sera atteint quand au moins 10 élèves feront partie de ce groupe d’aumônerie et se verront toutes les semaines. Le plus grand défi c’est de motiver les élèves à faire partie d’un groupe quand ils ont déjà leur agenda totalement rempli d’activités, mais pour cela le pourcentage de travail accordé à l’aumônier est la plus grande ressource, car l’aumônier a la disponibilité pour trouver un moment qui sera favorable pour les élèves.

PLANIFICATION

Le projet à plusieurs phases :
La phase préparatoire, qui se déroule pendant l’année 2018. Elle comprenne la demande d’autorisation pour la modification de la salle, la divulgation du projet dans les classes d’ER, le choix des élèves co-responsables et les premiers rencontres préparatoires pour créer un dossier de projet, demander des devis et commencer la recherche de sponsors.

La phase des travaux, qui se déroule dans les premiers mois de l’année 2019. Elle comprenne la recherche de financements/sponsors, le nettoyage de la salle et la réparation des connexions électriques et de réseau ainsi que la partie de peinture, décoration et revêtement du sol.
Cette phase, et le projet, se terminera avec l’inauguration de la salle au mois d’avril.

Structure d’organisation et répartition des taches

Un groupe de 6 élèves de 11H a été appelé pour devenir co-responsables du projet et ainsi créer l’équipe du projet sous la supervision de l’aumônier. Le nombre pair prends chair dans le chapitre 10 de l’Évangile selon St Luc. Chaque binôme est responsable d’un secteur d’activité et d’ensuite s’entourer d’autres élèves pour les aider dans leurs tâches.

Cahier de charges

Il y a une équipe ‘artistique’ et leur principale responsabilité c’est de penser le design de la rénovation de la salle, voir quels matériaux utiliser et penser la décoration. L’équipe artistique devra être toujours en lien avec l’équipe des finances et, surtout, trouver des alternatives si l’équipe des finances ne trouve pas un don pour tel ou tel matériel. Ils doivent aussi faire valider leur projet artistique à la direction de l’école.

L’équipe des ‘finances’ doit être à l’écoute de l’équipe artistique et réaliser un budget. Ensuite, elle devra chercher des sponsors dans les entreprises locales, c’est-à-dire, trouver qui puisse offrir du matériel pour la rénovation et décoration de la salle – l’idée est de ne pas demander un centime pour le projet.

Et une équipe ‘communication’ qui est au service des deux autres équipes car elle devra faire un dossier de presse et contacter les moyens de communication locaux et ecclésiaux et faire un accompagnement des travaux sur les site et réseaux sociaux de l’aumônerie, de l’école et des UP comme une manière de promouvoir le projet, attirer d’avantage des bénévoles et donner une visibilité aux sponsors.

Le chef de projet doit faire le lien avec les binômes responsables de chaque équipe et d’accompagner tous les bénévoles.

Risques et dimension sécuritaire

Le premier grand risque était la non-acceptation du projet de la part de la direction du CO et que le ‘rêve’ des élèves soit trop en décalage avec ce que la direction va permettre de réaliser et ainsi casser la motivation et l’engagement des bénévoles. Pour cela c’était important de faire une échèle de priorités avec l’équipe artistique.

L’autre grand risque c’est de ne pas trouver des sponsors, donc pour prévenir cette situation l’aumônerie met à disposition une partie de son budget pour la réalisation des travaux essentiels. Par apport à la sécurité, tous les travaux seront réalisés sous la surveillance de l’aumônier et, si possible, d’un expert dans la matière : un membre de l’équipe d’entretien de l’école ou un peintre professionnel pendant les jours de la peinture de la salle, par exemple.

Communication du projet

Il y aura une communication interne et une communication externe.3
Au niveau de la communication interne elle consiste surtout dans la relation de l’équipe de projet avec la direction, les classes d’ER et les bénévoles.
Avec la direction c’est surtout les autorisations nécessaires pour l’avancement des travaux mais aussi donner un feedback des travaux ; avec les classes d’ER pour faire appel à des bénévoles et avec les bénévoles eux-mêmes pour communiquer les prochaines étapes, moments des rencontres, etc.
Au niveau de la communication externe c’est la relation avec les médias locaux comme la Liberté et Radio Fribourg et les médias ecclésiaux (L’Essentiel, Disciples Aujourd’hui, entre autres) et l’usage des réseaux sociaux et les sites de l’aumônerie CO3, de l’école, de Formule Jeunes et de l’Église catholique du canton de Fribourg. Cette communication sert surtout à donner un retour et un petit peu plus de visibilité aux sponsors institutionnels mais aussi au niveau plus ‘basique’, avec les parents des bénévoles-élèves.

FINANCES

L’idée de base du projet c’est d’avoir 0 CHF de dépenses, que tout le matériel puisse être donné ou offert par les sponsors. C’est pour cela que nous avons défini une échèle de priorités des besoins : matériel absolument nécessaire ; matériel important, mais qui n’est pas fondamental ; et matériel qui n’est pas fondamental du tout.

Pour la recherche de sponsors l’idée c’est de prendre contact avec les entreprises locales pour les demander de sponsoriser la rénovation avec des biens et ne pas avec de l’argent : une entreprise peintre pour nous offrir la peinture, les pinceaux, les protections ou même de la main d’œuvre pour s’assurer que le travail est bien fait; des entreprises de décoration pour les tables, chaises, etc ; une entreprise de construction pour le parquet / vinyle pour le sol ; une entreprise de musique pour le matériel acoustique et, ainsi, équilibrer les comptes.

Matériel absolument nécessaire

Pour le début des travaux l’équipe de financement doit trouver des sponsors pour les travaux nécessaires, comme la peinture de la salle et l’isolation acoustique du lieu pour réduire l’écho.

Dans le cas où aucune entreprise veut sponsoriser les travaux, l’aumônerie CO3 a fait une demande de ‘budget transitoire’, c’est-à-dire, le budget restant de l’année 2018 passera exceptionnellement pour l’année 2019 en guise de garantie de déficit. La valeur de ce ‘coussin’ est de 4’500 CHF, ce qui permet, dans le pire des cas, d’assumer la totalité des travaux absolument nécessaires.

Matériel important

Dans la liste de matériel important mais qui n’est pas fondamental nous trouvons surtout le matériel de décoration de la salle. Il n’est pas d’une importance fondamentale car l’aumônerie dispose déjà de quelques chaises, poufs, armoires, un projecteur et des icônes.

Une valeur pourra apparaitre comme inutile, c’est le graffiti, mais pour cela il y a déjà un enseignant d’arts visuels du CO que s’est prêté bénévole pour le réaliser avec les élèves. La seule dépense seront donc les canettes de spray. Sur la colonne des dépenses apparait un chiffre de 800 CHF, valeur trouvée chez un professionnel et qui servira de barème.

Il y a aussi une autre valeur assez importante dans la liste qui n’est pas de la décoration : le parquet pour le sol. Actuellement la salle de l’aumônerie a un vieux tapis. Dans l’idéal refaire le sol avec un parquet contribuerait pour l’amélioration de la salle, mais ce changement aura lieu uniquement s’il y a un sponsor qui veut offrir le matériel ou la main d’œuvre.

Dans le cas que l’équipe de financement ne trouve pas des sponsors pour renouveler ces biens nous allons faire de la récupération du matériel de l’école et acheter du matériel en occasion en meilleur état que celui qui existe déjà. L’aumônerie va dédier 20% de son budget 2019 pour faire tout type d’achats pour le graffiti et d’autre matériel et le transitoire de 2018, dans le cas qu’il n’est pas utilisé, pourra aussi être transféré ici.

Les prix de la liste de dépenses sont des prix du matériel neuf et nous trouvons la même valeur dans la liste des recettes car dans l’impossibilité de trouver des sponsors nous allons utiliser le matériel qui existe déjà (donc solde 0 CHF)

Matériel en surplus

Dans la liste de matériel en surplus nous trouverons les ‘rêves’ des élèves – les choses qu’eux pensent être nécessaires pour l’aumônerie. L’acquisition de ces biens se fera uniquement par don, vu qu’ils vont seulement ajouter de la valeur à la salle, mais ils ne sont pas vraiment essentiels. Donc la non acquisition de ces bien ne mettra pas en péril le bon déroulement ni la conclusion du projet.

ANCRAGE SPIRITUEL ET ECCLESIAL DU PROJET

Le plus grand ancrage spirituel du projet se trouve en chaque rencontre de l’équipe de projet en mettant le Christ au centre et débutant toute rencontre par une prière. La rénovation de la salle va aussi permettre de réaliser des prières ou mêmes des célébrations eucharistiques dans la salle et de marquer les temps liturgiques et des temps forts pendant l’année scolaire.

L’ancrage ecclésial du projet est basé surtout dans la passerelle avec les paroisses des élèves de l’école, notamment avec les parcours de confirmation, mais aussi avec le service de pastoral jeunesse du canton de Fribourg, Formule Jeunes.


Pin It on Pinterest

Share This
X