Semaine du 11 au 15 mai

1. Regarde la vidéo de Dorothée;

2. Lis le texte et réponds aux questions;
3. Termine en écoutant de la (bonne) musique.

Dieu m’a abandonné

Parfois nous avons ce sentiment. « Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? » Et nous avons perdu une image de Dieu avec laquelle nous aviont vécu.

Comment accompagner ces personnes qui ressentent l’absence de Dieu ?

Beaucoup n’osent pas crier vers Dieu, lui exprimer leur souffrance, lui demander : « Où es-tu ? » La prière des Psaumes peut aider à trouver les mots pour s’adresser alors à Dieu. On y voit souvent un cri s’achever en louange ou inversement. Cela témoigne de la transformation que nous vivons au contact de cette parole de Dieu.

Dans la Bible, nous trouvons aussi de bons compagnons comme Job ou Élie qui ont connu des temps de désolation. Le Christ lui-même n’a pas expliqué ni supprimé la souffrance, il l’a vécue en s’en remettant à son Père. On peut aussi écrire une lettre au Seigneur pour exprimer sa douleur, ce qui permet de ne pas la ressasser et de se remettre dans la relation.

Dieu nous parle-t-il ?

C’est une expérience fondamentale dans le christianisme. Mais, comme dans une relation humaine, certains n’entendent que ce qu’ils veulent et n’écoutent pas la parole ou le silence de l’autre. Quand Jésus dit : « Votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé », c’est une invitation à réapprendre la vraie prière de demande. Je ne demande pas à Dieu de faire ce que je veux, mais d’ajuster mon désir au sien. La relation à Dieu, c’est une relation à un Autre, qui n’est pas toujours comme je le souhaiterais et qui n’a pas forcément les mêmes désirs que moi !

Le croyant peut être confronté à un risque d’affectivité un peu superficielle où ce qui est vrai est ce qui me fait du bien. Or, tout ne doit pas être jugé à l’aune du bien-être procuré. Nous pouvons nous appuyer sur la certitude que Dieu nous veut du bien et l’aimer pour lui-même, pas pour la chaleur au cœur qu’il peut nous apporter. Finalement, cette épreuve dans notre vie spirituelle peut, peut-être, nous permettre d’aller plus au fond de nous-mêmes, comme dans l’évocation de la marche dans le désert dans le Deutéronome (8, 2) : « Ton Dieu (…) voulait t’éprouver et savoir ce que tu as dans le cœur. »

Questions

6 + 14 =

Musique de la fin

Pin It on Pinterest

Share This
X